Blog Orthodoxe de l'Annonciation

06 mars 2017

Joyeux Carême en Esprit et en Vérité !

Il me semble intéressant de retransmettre le puissant message de Mgr Martin, Evêque de l'Eglise Orthodoxe Française, qui propose un véritable guide comportemental pour cheminer avec profit jusqu'à Pâques. Bonne lecture ! 

 

Bien chers frères et sœurs en Christ,

Après la célébration du traditionnel office des cendres, toutes les communautés chrétiennes de par le monde sont entrées ensemble cette année dans le Grand Carême… Nous n’entendrons jamais assez combien ce temps liturgique offert par l’Eglise est béni ! En effet, la « sainte quarantaine » nous convie chaque année à un véritable printemps spirituel à travers un pèlerinage nous conduisant aux portes du mystère Pascal, grandiose « Fête des Fêtes » où sont célébrés « la mise à mort de la mort, la destruction de l’enfer et le début d’une vie nouvelle et    éternelle… »

Cette marche au cœur de nos déserts intérieurs et extérieurs est d’une brûlante actualité ! A toutes les questions qui hantent aujourd’hui comme hier les profondeurs angoissées de nos humanités, la réponse nous a été donnée voici plus de deux mille ans : Christ est ressuscité ! Ainsi, par le Christ et dans le Christ ressuscité, ce n’est pas l’ignorance, l’inconscience, la bêtise, la maladie ou la mort qui auront le dernier mot mais la force invincible de l’humble Amour…
Ainsi, à travers l’avènement de la matière glorieuse signifié par la Résurrection de Jésus-Christ, Vrai Dieu et Vrai Homme, toutes les matières créées sont déjà potentiellement sauvées… Telle est la foi de l’Eglise manifestée par ses saints innombrables !

Ensemencés de la force colossale de cette expérience fondatrice par notre baptême, pourquoi sommes-nous alors encore si peu participants à l’actualisation de cette nouvelle humanité ?
Le drame existentiel de notre vie se résume en un seul mot : l’oubli !
Nous continuons à vivre sans référer notre vie à la Vie nouvelle que le Christ nous a révélée et communiquée. En fait, nous vivons comme s’Il n’était jamais venu !  Par cet oubli, notre vie redevient « vieille », mesquine, enténébrée, désorientée, insensée… Là est sans doute le seul vrai péché, la tragédie insondable de nos existences…

Le Carême est alors la vigoureuse proposition que nous offre l’Eglise pour vivre un profond retournement et retrouver l’incandescence de notre Désir de Dieu,  l’Unique Essentiel… Il est ce temps béni nous permettant de consacrer plus de temps à la prière, à la méditation, à la lecture des Ecritures ou la vie des Saints dans une relation renouvelée au Seigneur ; un temps béni aussi pour nous permettre d’éveiller en nous plus de générosité en offrant du temps au frère ou à la sœur comme sacrement de la Présence.

Tous les efforts consentis au cœur de ce pèlerinage de l’âme ont pour but ultime de briser les barrières en nous et autour de nous. Ils supposent une sortie de soi-même, un décentrement personnel, une décrispation profonde : offrir, ouvrir le « moi-ego » fermé sur lui-même pour rendre souveraine la Présence du Christ dans notre cœur…
Observons le jeûne selon nos possibilités (l’abstinence de certaines nourritures n’est pas un combat contre mais pour le corps, au service non de la répression du corps mais de sa possible transfiguration) ; évitons les paroles inutiles ; privilégions le silence pour mieux entrer en soi-même ; supplions l’Esprit Saint de nous donner de voir tous les lieux perdus du cœur, ces lieux rebelles, indifférents ou apeurés, ces lieux du péché qui continuent à alimenter les grandes vagues de violence au cœur du monde. Quittons les corps de plaintes pour    entrer dans plus de louange ; cultivons l’Amour envers tous ; « veillons et prions… »

En Grèce, le premier jour du carême se déroulait traditionnellement la première célébration en plein air de l’année. Les familles se rendaient alors à la campagne, montaient sur les collines verdoyantes et libéraient des cerfs-volants…
Comme pour se souvenir, dans l’épaisseur opaque des réalités du monde, de la Présence infiniment légère et transparente du Beau Vivant, vainqueur de toutes les formes de mort…

Belle marche en Eglise, seul(e) et ensemble pour notre bien-être et le bien-être du monde. Chaleureuses bénédictions dans cette montée vers Pâques…

Alors, accompagnés de ces belles paroles, je vous souhaite une bonne marche vers le Renouveau, dans la joie, la louange et l'adoration ! Joyeux Carême à tous !

Posté par Pere Stephane à 14:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]


25 janvier 2017

Un anniversaire bien célébré

 

IMG-20170119-WA0020

Les 14 et 15 janvier, les clercs et les fidèles de notre Eglise étaient conviés au centre spirituel Béthanie, près de Metz, pour participer à l'anniversaire des 10 ans du sacre de notre Evêque Mgr Grégoire. Avec mon épouse, nous voulions être présents et féliciter notre Evêque. C'était aussi l'occasion pour nous de passer du temps avec les frères orthodoxes de nos Eglises soeurs qui souhaitaient participer à ces réjouissances. Mais, compte tenu de la saison et du temps glacé, nous avons choisi la voie du rail pour nous rendre en terre orientale. Voyage très agréable et confortable à bord d'un TGV reliant Montpellier à Luxembourg. La surprise fut de découvrir que ce train prenait un chemin buissonnier en passant par l'Alsace avant de rejoindre Metz. Après avoir traversé la Franche Comté, nous aperçumes des paysages enneigés du plus bel effet. La gare centrale de Metz fut également une belle découverte de l'artchitecture du Kayser Guillaume quand la Lorraine était sous influence germanique.

Notre première soirée à Béthanie fut marquée par la neige qui est tombée à gros flocons pour former un beau tapis lumineux. Peu habitués à cette variation météorologique, Liliana et moi avons regardé ce paysage comme des petits enfants le soir de Noël. Ce premier temps de la rencontre fut consacré aux échanges entre participants et aux retrouvailles avec les visages connus.

Le samedi matin était libre dans l'agenda, sauf pour les membres du Conseil Episcopal qui ont siègé dans le chalet de Père Pascal. Il faut souligner que chaque journée était ponctuée par les offices divins. Après un déjeuner fort agréable et une petite sieste appréciée par certains, l'après-midi fut consacré à une conférence de Mgr Grégoire sur la place de l'Evêque dans l'Eglise au fil de l'histoire chrétienne. Puis, nous avons vu un documentaire reprenant les grands moments du sacre épiscopal en décembre 2006. Le tout fut ponctué par une pause thé et par un intermède musical offert par Soeur Barbara au violoncelle et un violoniste. Une nouvelle ondée neigeuse est venue blanchir le paysage extérieur. Après un diner joyeux et animé, nous avons eu le bonheur d'assister à un concert dans la chapelle. Ce fut le cadeau des paroisses à Mgr Grégoire. C'était un duo féminin : guitare et flûte traversière. De belles mélodies baroques européennes et sud américaires. Les musiciennes ont été très applaudies et ont du rejouer quelques morceaux forts appréciés par les spectateurs.

Dimanche matin, à 10h30, nous nous sommes tous rassemblés dans la chapelle pour célébrer la divine liturgie. J'ai eu l'honneur de concélébrer avec Mgr Grégoire, Mgr Martin et Père Nathanaël. Liliana a rejoint le choeur de Béthanie qui nous a offert un bel accompagnement chanté. Une ordination de lecteur a été faite par notre Evêque. De nombreuses photos ont été prises avec tous les invités. Ensuite, direction la salle du Roi David pour déguster la belle choucroute qui nous y attendait. Dans l'après-midi, l'heure du départ approchait pour nous. Il était temps de reprendre le train en direction de Paris où de nouvelles rencontres nous attendaient, toujours sous la neige.

Nous sommes rentrés à Montpellier le coeur ravi et l'âme comblée par ce temps de fête en Eglise que le Seigneur nous a permis de vivre et de partager avec nos frères et nos soeurs orthodoxes. Avec aussi plusieurs projets en poche qui pourraient se réaliser en cette année 2017. Que tous nous puissions nous retrouver dans dix ans pour un nouvel anniversaire !

+ Père Stéphane

Posté par Pere Stephane à 14:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 décembre 2016

Le CHRIST est né pour nous !

Frères et soeurs,

icone-noel-dieu-nativite

Soyez dans la joie et l'allégresse car le Sauveur du monde est venu dans notre humanité pour que nous puissions entrer dans sa divinité. Béni soit-il, alléluia !

Nous avons chanté à la liturgie le verset suivant : "Le CHRIST est né pour nous, venez, adorons-Le !" Oui, venons humblement dans la chambre secrète de notre coeur pour louer et adorer le Seigneur Jésus qui a pris chair dans notre humanité et s'est rendu vulnérable, lui, le Fils de Dieu, pour nous montrer la voie lumineuse du Royaume. Noël, la Nativité du Créateur dans sa création, est pour moi la plus belle et la plus grande des fêtes chrétiennes. Bien plus que Pâques qui est célébrée fastueusement dans certaines traditions mais qui, sans la folie de l'incarnation, n'aurait pas été possible. Oui, nous avons oublié trop souvent le sens profond de Noël en revêtant cette fête d'une solennité paienne.  La beauté des lumières et la magie du Père Noël sont pour les enfants de notre temps un dérivatif délicieux qui leur permet de retrouver une part édénique de leur âme, mais il est bon de leur inculquer les bases de la foi en Jésus-Christ et celles-ci commencent devant la crèche, en contemplant la beauté de ce petit enfant pas tout à fait commes les autres. A nous de savoir transmettre le flambeau spirituel pour que la flamme du souvenir ne disparaisse pas au fil du temps.

Oui, soyons dans la joie et dans l'allégresse, car notre Salut a pris chair dans notre chair pour nous conduire à l'éternité.

Joyeux Noël à vous tous !

+ Père Stéphane

Posté par Pere Stephane à 19:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 décembre 2016

Les lumières de Noël

 

event-142-33245

Un peu partout les lumières de Noël s'allument et donnent un air de fête aux villes assombries par l'ombre hivernale. A l'horizon de cette fin d'année, point le Jour nouveau qui va illuminer notre Humanité. Il n'a pas encore de visage, mais son profil se dessine sur notre monde endormi. Le Verbe éternel retentira bientôt dans nos silences. Sa voix puissante, et douce comme le murmure de Dieu entendu par Isaïe, viendra changer notre monde et réveiller nos consciences. Oui, le Fils de l'homme s'anime dans le ventre béni de la Vierge-Mère et attend l'heure fixée par l'astre pour faire son humble entrée quelque part au Proche Orient. Qui se soucie de cet enfant qui va naitre dans une masure ? Bien peu de gens, car tous sont occupés à règler leurs affaires temporelles. Et qu'en est-il aujourd'hui ? La même effervescence temporelle anime les gens et les pousse vers les magasins pour acheter cadeaux, victuailles et autres douceurs des temps de fête. Mais qui va se soucier de cet enfant dans les bras de Marie ? Qui va prendre du temps, comme les bergers, pour regarder ce petit être et voir en lui toutes les promesses de l'Eternel ? Qui va se réjouir avec Joseph de ce cadeau merveilleux qu'est la Vie descendue des cieux ? Ils seront bien peu face à la multitude. Il y aura seulement les hommes et les femmes qui savent regarder en haut et qui apercevront l'astre prophètique devenir de plus en plus rayonnant. Et ces fidèles du Christ vont se réjouir et accueillir le Fils de Dieu avec la gloire et la louange qui lui sont dues. Pour eux et en eux, les lumières de Noël deviendront la Lumière du monde venue les illuminer et les accompagner dans leurs ténèbres. Oui, la foi est une faible flamme combattue par le vent de l'athéisme et de l'ignorance. Elle vacille, mais elle résiste aux assauts du temps. Le Seigneur Jésus est présent en eux et garde la porte de leur coeur. Il souffle sur leur âme pour leur donner la puissance nécessaire pour résister. Ainsi, la grâce de Noël va de nouveau envahir notre terre, telle la rosée vivifiante qui vient nourrir le sol et le rendre fertile.

Amis chrétiens, réjouissons-nous et bénissons ce temps béni de l'Avent qui nous promet le plus beau des cadeaux de Noël : le Seigneur Jésus, né pour chacun d'entre nous afin que nous ayons la Vie éternelle, dès maintenant. Oui, soyons dans la joie véritable et gardons nos coeurs tournés vers l'Essentiel : le Pain de Vie descendu des cieux pour être, chaque jour de notre vie, une nourriture festive.

Soyez bénis sur le chemin de l'Avent.

+ Père Stéphane

Posté par Pere Stephane à 19:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 novembre 2016

En avant pour l'Avent !

Nous voici donc encore une fois sur le chemin de l'Avent qui va nous conduire jusqu'à la grotte de Bethléem pour adorer le Messie dans les bras de sa sainte Mère. Oui, nous sommes en marche, comme les mages conduits par l'Etoile. Amis Pélerins sur ce chemin de Vie, sachons entendre l'appel de Jésus adressé aux disciples lors de son fameux discours des Béatitudes. Ce que nous traduisons généralement par Bienheureux, devrait plutôt être traduit au sens littéral par En marche ! Car les promesses du Christ sont des invitations à nous mettre en chemin vers le Royaume et non des injonctions à la béatitude passive. Le Seigneur nous incite à oeuvrer pour atteindre la plénitude et c'est bien dans ce sens qu'il faut entendre et comprendre ses paroles. 

L'Eglise aussi invite ses fidèles à entrer dans ce carême de l'Avent et de prendre du temps pour une introspection salutaire qui permet de vivre l'Incarnation du Fils de Dieu comme un événement fondateur de notre ére et non pas comme une fin d'année dédiée aux cadeaux et à la bonne chair. Bien sûr ces deux manières de célébrer Noël ne sont pas antinomiques, mais il est important de se centrer sur l'Essentiel avant de rendre grâce à notre Père céleste et profiter aussi du temps présent. Alors, comme l'hiver nous y invite, on peut prendre du temps le soir pour prier, lire la Bible et la méditer, tout en allumant des bougies pour accueillir la Lumière du monde.

Pour accompagner votre chemin spirituel, vous pourrez vous aider du Guide de prière de l'Avent 2016 que mon épouse Liliana a préparé cette année encore en y apportant des nouveautés comme les textes du Livre des Proverbes. Voici le lien pour le télécharger directement sur le site de notre Eglise : http://www.eglise-orthodoxe.eu/texte_priere_avent.htm

Bien doté avec ce compagnon de route, je vous souhaite un bon chemin de l'Avent avec Marie, Joseph et le Saint Esprit !

+ Père Stéphane

Posté par Pere Stephane à 20:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]


08 octobre 2016

Les surprises de la vie

Le chemin de la vie spirituelle n'est pas une autoroute toute droite, bien délimitée. Loin de là. C'est plutôt un tracé courbe qui va de-ci de-là, au gré des rencontres, des aléas de la vie, des choix personnels et des impulsions de l'Esprit. Et notre chemin respectif croise parfois celui d'autres pélerins en marche vers le même Royaume. Il se peut aussi que nos chemins soient parallèles et ne se croisent jamais. Mais la Providence, qui aime bousculer les itinéraires bien préparés, réserve des surprises qui peuvent être très agréables.

20160925_112600

J'ai connu ce croisement de parcours en septembre. En effet, Mgr Marc, le Primat de l'Eglise Orthodoxe Celtique, nous a contacté pour nous proposer de concélébrer ensemble le dimanche 25 septembre. Outre l'effet de surprise, je reçu cette invitation impromptue avec un grand bonheur. Il m'était donné de retrouver cet évêque que nous apprécions et dont nous n'avons pas l'occasion de rencontrer souvent, étant très éloignés géographiquement. Mais cette surprise fut double quand nous j'ai appri que la liturgie serait célébrée dans la chapelle du Père Abel-Nicodème à Nîmes, à l'occasion de son entrée dans l'Eglise de Mgr Marc. Ainsi, après plusieurs années de chemin parallèle, j'étais convié à célébrer des retrouvailles fraternelles et amicales avec ce prêtre que je connais depuis de longues années. Et comble de clin d'oeil du Ciel, ce dimanche était celui du Banquet eucharistique. Quand je vous disais que la Providence avait l'art de choisir les bons moments ! Avec mon épouse, nous avons donc pris l'autoroute de bonne heure pour participer à ce banquet de fête.

Cette concélébration fraternelle fut belle et très priante. J'ai mieux découvert le rite celtique que je connais peu.  J'ai mêlé ma voix à celle de Nadine, l'épouse du Père Abel, pour donner plus de consistance au chant liturgique. La communion fut un grand moment de paix et de douceur vécu entre frères. A l'issue de la messe, un temps de partage dans le patio nous a permis de reprendre contact et d'échanger quelques nouvelles. J'espère que ces retrouvailles seront un signe de fécondité et que nos deux paroisses sauront tisser des liens fraternels et amicaux. Plaise au Seigneur de nous faire travailler tous ensemble dans sa vigne, nous qui sommes isolés et éloignés les uns des autres. Nîmes et Montpellier ne sont qu'à 45 km de distance. Une coopération est donc tout à fait envisageable. Je reste ouvert à toute proposition. Dieu soit béni pour ces belles grâces.

+ Père Stéphane 

 

Posté par Pere Stephane à 13:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 septembre 2016

Fête paroissiale 2016

Oui, je dois le confesser, le Seigneur nous a comblé en ce mois de septembre riche en communion fraternelle ! En effet, le week-end des 17 et 18, notre petite communauté paroissiale a reçu la visite de son Evêque, Monseigneur Grégoire, et de nos frères catalans de Barcelone, Padre Alfonso et Padre Ignasi accompagné de son épouse Sheryl. Ces retrouvailles et ces nouvelles rencontres furent des temps de joie dont nous avons apprécié chaque minute. Ainsi, le dîner du samedi soir a permis de discuter et de partager les nouvelles des uns et des autres. 

La liturgie du dimanche matin fut un temps de communion autour de notre Evêque. Les fidèles présents ont apprécié cette richesse et le temps de partage qui a suivi, au cours des agapes. Monseigneur étant secondé par les prêtres catalans qui, il faut le souligner maitrisent bien le français, je me suis agrégé au choeur pour mêler ma voix à celle de mon épouse Liliana. A l'issue de cette belle liturgie de la nativité de la Vierge Marie, Mgr Grégoire a béni la croix d'autel peinte par soeur Elisabeth. Notre paroisse est maintenant dotée d'un magnifique trio puisque nous avons déjà reçu les icônes des portes royales. Comme l'a souligné Mgr Grégoire, nous avons les meubles, il nous faut maintenant trouver les murs qui vont autour.

L'homélie de notre Evêque fut brève, mais très enrichissante. Il nous a donné deux mots clé pour notre avenir : patience et persévérance. Nous voici donc armés pour la suite de nos aventures paroissiales. Que Dieu bénisse notre petite communauté !

Un grand merci à nos frères catalans pour leur venue et la chaleur de leur amitié qui est très réconfortante. Pour eux l'aventure se poursuit avec un nouveau lieu de culte en installation. Seigneur, envoie ton Esprit de bénédiction sur leur oeuvre.

Un album photos est visible sur le blog pour rendre compte de cette belle journée de fête entre frères.

+ Père Stéphane 

Posté par Pere Stephane à 20:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 août 2016

L'avenir appartient aux audacieux !

En cette période de canicule pour beaucoup d'entre nous, il est tentant de rester allongé sous un arbre ou de barboter dans l'eau d'une piscine pour permettre à notre corps de retrouver une température supportable. Ainsi, tiédis par une ambiance favorable, nous pouvons aborder ces journées harrassantes avec plus de sérénité. Le corps est apaisé, soit, mais n'y a-t-il pas un risque de somnolance ?

En ces temps troublés qui nous rappellent combien la douceur relative des nos sociètés peut vite être anéantie par quelques minorités bien organisées, nous, chrétiens engagés, pouvons regretter que la foi de nos pères ne soit plus un fondement de cette société occidentale dont nous souhaitons faire un modèle exportable. Et que dire de nos petites Eglises bien démunies dans ce concert mondial où nous n'avons même pas une petite note à jouer dans la partition qu'on nous propose. Que faire pour redonner le goût de Dieu dans cette société laïque qui ne permet pas de trouver facilement des repères spirituels ? Voilà la réponse donnée par le Pape Benoit XVI à tous ces cassandres qui lui faisaient remarquer que les chrétiens engagés étaient peu nombreux : "l'avenir appartient aux minorités créatives". Cette phrase résonne en moi avec une grande intensité. En effet, il ne s'agit pas d'être une multitude pour réussir de grandes oeuvres ; il faut juste être organisés, résolus et audacieux por aller de l'avant en innovant dans les pratiques. Dieu, par son Esprit, fera le reste et permettra ou non que nous réussisions. Donc, pas d'hésitation, soyons des chrétiens orthodoxes audacieux et trouvons des solutions pour que notre avenir soit réel et de longue durée.

Bonne fin d'été et que l'audace soit avec nous.

+ Père Stéphane

 

 

Posté par Pere Stephane à 16:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 août 2016

Les surprises de Septembre

L'été continue et les vacances changent de rythme et de décor. Déjà, la rentrée se profile à l'horizon. Notre paroisse reprend sa vie liturgique en célébrant la belle fête de la Dormition de la Vierge Marie.

Cette année, nous aurons la visite de notre évêque le dimanche 18 septembre. Ce sera une grande joie de le recevoir et de célébrer avec lui la divine liturgie. Nous aurons aussi la joie de recevoir nos amis prêtres de Barcelonne. Ainsi, nos deux paroisses du sud seront réunies autour de Mgr Grégoire pour un temps fraternel de partage et d'amitié. 

Durant notre séjour dans les Landes, nous avons visité le Berceau ou maison natale de saint Vincent de Paul. C'est un lieu propice au recueillment qui se trouve près de Dax. On sent la douce présence de ce saint personnage entre les murs de sa maison natale et l'on repart avec dans le coeur une belle étincelle de sa dynamique action auprès des plus pauvres et démunis.

Un de ses apophtègmes a une résonnnce particulière dans mon âme : "j'ai peine de votre peine". Oui, puissions-nous avoir peine les uns des autres au nom du Seigneur miséricordieux qui est venu porter nos fardeaux et nous ouvrir à la paix et à la liberté.

Soyez bénis en Jésus-Christ.

+ Père Stéphane

 

Posté par Pere Stephane à 14:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 juillet 2016

Saint Jean, un autre Evangile

En cet été qui devient de plus en plus chaud, qu'il fait bon rester à l'ombre des micocouliers pour méditer la Parole de Dieu.

Pourquoi ne pas réserver du temps pour lire ou relire l'Evangile de Jean, en prenant de la hauteur spirituelle avec cet évangéliste pas comme les autres ? Dès les premières lignes du Prologue, vous plongerez déjà dans une dimension toute autre que la vôtre au quotidien. Faites-en l'expérience en lisant lentement à voix haute ces 18 premiers versets. Prenez le temps de goûter chaque mot, chaque idée, afin d'éveiller en vous une résonnance mystique. Vous serez surpris de constater le bouleversement qui va s'opérer en vous. Accueillez cette Parole divine comme une pluie fine et bienfaisante. Laissez-la ruisseler sur votre coeur et l'imbiber tout entier de sa vivifiante substance. Vous serez comme apaisé et pacifié par ce message qui reste toujours très actuel et très actif.

Poursuivez votre chemin en découvrant des lieux et des personnages hauts en couleurs. Entrez dans le texte et prenez la place des interlocuteurs du Christ. Ecoutez ce qu'ils disent et prenez du temps pour vous imprégner de ce vécu d'hier, mais aussi qui devient le vôtre aujourd'hui. Laissez-vous toucher par Nicodème, la Samaritaine, Marthe et Marie. Dans ce texte qu'une grande richesse, Jean nous ouvre peut à peu à la connaissance du Mystère de la venue du Fils de Dieu dans notre humanité. Tout ce qui est essentiel pour grandir spirituellement se trouve là, à portée de tout homme en quête du Salut. Cette intimité du disciple avec le Maître est presque palpable et nous montre combien il est facile de se laisser approcher par Dieu.

Oui, vivre un été en compagnie de saint Jean est une expérience riche et transformante. Alors, n'hésitez pas à la vivre ! Prenez un Evangile dans votre valise et noubliez pas de réserver du temps pour le lire et le méditer. Vous serez surpris de ce que Dieu peut faire dans votre vie, si vous lui ouvrez un tout petit peu votre coeur et votre esprit. En marche vers la Lumière !

+ Père Stéphane

 

Posté par Pere Stephane à 19:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]