luther_rose

Biens aimés en Christ, la sainte quarantaine qui accompagne le disciple à la joie pascale de la résurrection de son Seigneur vient de commencer par le rite des Cendres issu de la Tradition. La Bible ne parle pas de ce rituel, mais enseigne combien il est important et salutaire de se reconnaître pécheur et dépendant de la grâce du Père éternel. Sans cette rosée spirituelle venant irriguer notre coeur souvent aride, nul bienfait ne peut naitre en ce lieu violenté par les vents de l'égoisme et de l'arrogance.

Quel triste spectacle que celui des Eglises chrétiennes en lutte les unes contre les autres ! Soit pour quelques poignées de fidèles, soit pour accroitre leur pouvoir temporel, soit pour assurer la suprématie de leurs institutions. Quel visage du Christ donnent-elles au monde ? Un visage de souffrance et de vaine gloire. Et non pas le visage transfiguré du Sauveur que tant d'âmes perdues cherchent à trouver au coeur de leur ténébreuse existence. Pourtant Jésus aspire à l'union de tous avec son Père. A cette union des chrétiens qui tarde à fleurir. Pourquoi cela n'est pas possible ? Cela semble si facile vue de loin.

Certains chrétiens sont tentés d'aller chercher ailleurs cette réalité non vécue dans les Eglises instituées. Pouvons-nous les en blâmer ? Il suffit de relire l'histoire du christianisme pour trouver la réponse. De tout temps, l'homme a été source de division. Une soif d'hérésie pousse quantité de chrétiens à se libérer du joug des Eglises pour retrouver une vie authentique à la source de la Parole Divine. La croissance des groupes évangéliques témoigne de cette volonté humaine. Pourquoi pas ! Mais la tentation de créer d'autres barrières, d'autres murs, d'autres interdits demeure une constante dans le coeur de l'homme. Alors est-il bénéfique de quitter une tradition sous couvert de liberté pour se placer sous le joug d'une autre ?

Il est plus heureux de créer sa liberté dans une tradition choisie ! Puisqu'il n'est pas possible d'être un chrétien isolé, mieux vaut choisir l'Eglise la plus adaptée à sa spiritualité. Mais, il faut rester vigilant et refuser de se laisser enfermer. L'Evangile est une parole de libération pour le disciple qui a choisi de suivre Jésus. La communauté doit être une amie sur le chemin et non pas une entrave au poids lourd. La foi doit trouver sa juste croissance entre la Bible et la Tradition, sans que l'une ou l'autre ne vienne étouffer sa croissance. La seule vérité c'est le Christ Jésus, dans le souffle de l'Esprit Saint.

Puisse ce chemin carêmique devenir un temps de délivrance et de remise en cause des certitudes ! Revenons à l'essentiel : découvrir Jésus au fond de soi, dans la contemplation silencieuse de l'oraison. La Bible et la Tradition sont des aides nécessaires qu'il ne faut pas négliger, mais qu'il ne faut pas non plus diviniser. En vérité, seul le Seigneur Jésus est digne de sainteté et de gloire ! Et ce n'est que dans une totale liberté qu'il est possible de s'unir à Lui en esprit et en vérité. A Lui seul appartient le moment et le moyen de cette union. Car sur ce chemin vers Dieu tout est grâce et miséricorde.

+ Père Stéphane